Nancy-Amsterdam j9: Pays-Bas / Zaltbommel

Aujourd’hui j’ai eu envie de bien avancer car demain il y aura un peu de vent de face. Aussi j’avais envie de rouler toute la journée et de faire du camping sauvage le soir. Ce qui m’a retenu, c’est le peu de campagne et encore moins de coins non aménagés. La densité de population est tellement forte qu’il n’y a que quelques petits kilomètres entre deux agglomérations, et comme la campagne est rare l’espace est optimisé, il devient donc difficile de trouver un coin isolé et tranquille.

Finalement j’ai quand même fait 130km, mais ça va bien.

Demain Amsterdam!

À Heerlen, les oies sauvages passaient au dessus de moi au petit matin et le soir, en faisant des sons franchement agréables.
Sur le trajet j’en ai vu dans un champs.
Les fameux moulins de Hollande. Mais je n’ai vu que celui-là
Une centrale nucléaire et de l’industrie.
Il y avais quelques pistes très agréables (canaux ou natures). Il y a tellement de piste partout que j’ai dû faire plus de 90% de piste sur les 130km.
Je suis passé par un bac, marrant (et gratuit pour les vélos).
Spoting d’avions, il y a carrément un parking et un marchand de glace juste pour cette activité. Les avions passent juste au dessus, impressionnant.
De la brique et encore de la brique, en ville il y a souvent de la brique pour les rues aussi.
De près c’est bizarre, à la fois énorme et impressionnant mais aussi ça fait tellement penser aux petites hélices.
Avant un panneau « surveillance vidéo ». Je suis resté à attendre, puis je suis passé. Rien compris.
Un rond point pour pistes cyclables au centre et en dessous d’un rond point voiture, la classe les Pays-Bas.
Les fameuses immenses serres des Pays-Bas, ça ne donne pas faim. La barre en haut est un raille pour un lave vitre géant (que j’ai vu). À côté il y a de grands entrepôts, ça fait tellement industriel.

Plus que 80km pour Amsterdam.

 

 

 

Nancy-Amsterdam j8: Pays-Bas / Heerlen

Ma famille me mannnnnnnnnque.

Depuis la Belgique le flicage est bien plus léger, la palme étant aux Pays-Bas où ils ne demandent pas de pièce d’identité et où le wifi est sans identification. Dans ces pays on écrit soit-même le formulaire d’information, et donc c’est juste un flicage virtuel.

J’ai pu bien me reposer, mais le passage orageux avait de l’avance et j’ai tout pris sur le trajet vers le centre ville, les pistes cyclables avaient des allures de ruisseau. J’ai pu tester mon équipement pluie, ça va à peu près bien.

J’aime bien cette ville de Heerlen, je trouve les gens plutôt détendus. Il y a beaucoup de vélos, mais peut être plus de voitures quand même.

Ils disent Hei ou Hallo pour « boujour », Hei est plus relâché, mais je crois que ça dépend des personnes plus que des circonstances. Je trouve le Néerlandais sympa comme langue.

À l’espace culturel Schunck.

Sur une église.
Ils ont des belles peintures, plus ou moins sauvages. Pour l’église elle est bizarre,mais après réflexion je pense que c’est du premier degré: la joie de l’enfant introduit dans la communauté, lol.
Petite place avec un banc bien chouette.
La place centrale, bourdonnante le soir car il y a plein de monde dans les restaurants.

Je prévois de faire les 200km jusqu’à Amsterdam en 2 jours, donc je devrais y être samedi soir, le graal.

 

Nancy-Amsterdam j7: Pays-Bas / Heerlen

Comme aujourd’hui je n’avais que 20km à faire je pensais me reposer de la fatigue accumulée en me levant plus tard. Mais un orage assez long m’a réveillé en pleine nuit. Je me disais que je ferais la grasse matinée, mais le bourru gérant du camping m’a dérangé à 9h pour vérifier la facture, c’est la première fois que je vois un camping fonctionner comme ça. Depuis le Luxembourg les campings ne sont pas surveillés (il peu y avoir plusieurs entrées qu’ils ne ferment jamais), mais ils font des trips sur l’eau chaude des douches (limitée en temps ou payantes genre 1€/5min).

Je vais rester deux jours à Heerlen pour laisser passer la pluie et essayer de me reposer. Je m’y sens mieux qu’en Allemagne, la centre culturel est très accueillant et pratique. La ville semble désertée (vacances j’imagine). Le respect des cyclistes atteint des niveaux insoupçonnés : Il y a des pistes pratiquement partout. Normalement si je suis sur une piste et que je tourne à droite au rond point, comme la piste est isolée les voitures n’ont pas à s’occuper de moi; mais ici les voitures s’arrêtent en plein rond point juste au cas où je ne tournerais pas à droite! Donc maintenant je met le bras pour dire que je tourne pour qu’elles ne s’arrêtent pas pour rien. Je me sens vraiment en sécurité ici. À Montpellier je n’ose pas m’arrêter pour laisser passer un piéton de peur que la voiture derrière moi ne s’arrête pas, mais ici je vais le faire.

Depuis que j’ai quitté les pistes près des cours d’eau, je ne croise pratiquement aucun cyclo-touriste, c’est dommage. Au camping d’Aachen il y avait en gros 20 camping-cars, 10 tentes et moi seul en cyclotouriste. J’ai l’impression que les pistes longeant les cours d’eau drainent la plupart des cyclotouristes.

En Allemagne ou Hollande il n’y a pas toujours d’indication pour savoir si c’est une piste: ici le double trottoir fait que la partie droite est une piste, la couleur rouge aussi permet de le savoir.
Je me suis jurer de ne pas louper cette frontière. Ah je vois des gyrophares et on dirait une arrestation, super j’ai enfin vue la frontière en pleine action, je prend une photo… sauf qu’en avançant je m’aperçoit que c’est un tournage d’un film. Décidément…
Voilà, la frontière n’est plus ce qu’elle était, juste deux douaniers perdus sur la route et qui m’ignorent.
Je tourne un peu dans Heerlen avant d’aller à la bibli. Je trouve une friterie qui me vend une « special » pour 3,5€. C’est délicieux et copieux: très bonne frites avec oignons, mayo et sauce curry.

Je commence à avoir du temps et à me détendre, ouf.

Les petits changements rigolos dans le bâtiment où je suis:

  • un distributeur de désinfectant dans les toilettes pour mouiller le papier et essuyer la lunette
  • le robinet est au bout du col de cygne
  • l’aération se fait par des ouvertures au sol et non au plafond.

 

Nancy-Amsterdam j6: Allemagne / Aachen

Aachen = Aix-la-Chapelle. C’est l’Allemagne, mais wikipedia dit qu’ils parle le francique ripuaire, moi j’entends de l’allemand en tout cas.

Aujourd’hui j’ai avancé d’environ 70km. Il y avait pour les 2/3 une piste cyclable de rêve, sur le trajet d’une ancienne voie ferrée, donc jamais trop pentue, en pleine nature. Les 700m de dénivelé sont passé sans trop peiner, c’était bien. Par contre la fin, en Allemagne, était le long d’une route très passante (mais sur une piste cyclable), ça plus la chaleur ça m’a saoulé.

Il a fait 36°C à Aachen! dur, et j’ai un peu mal à la tête. La bibliothèque est nulle pour moi, pas de salle d’étude, juste une petite pièce, il y fait trop chaud, elle sert de sorte de café où des gens parlent  super fort. C’est très bizard. Je n’arrive pas très bien à comprendre émotionnellement les allemands avec qui j’ai interagi, ça plus la fatigue et la chaleur, et la bibli où je suis quiché et en surchauffe, c’est bof bof.

Il y a des problèmes de pluie à partir de jeudi et je ne peux pas partir les jours de pluie. Après des heures de recherche j’ai trouvé une solution: demain je vais à Heerlen (Hollande, à une vingtaine de kilomètres) pour plusieurs jours, mare de speeder aussi. Le site de leur bibliothèque explique qu’ils ont des endroits pour travailler à l’ordi, et leur vision de ces endroits est exactement la mienne, ahhh les Pays-Bas 🙂 <3 . En plus je pourrai reposer mes genoux, ils en ont besoin. Maintenant le trajet est plat, donc c’est pépère. Mais je gère mieux les côtes violentes.

En Belgique les croisements avec les routes sont fabuleux, super annoncés par des couleurs au sol, mini ralentisseur pour réveiller le cycliste, c’est tellement bien.
Super bonne piste, vive la Belgique.
Cette maison parait normale non ?
Pas pour les belges où les luxembourgeois. Il faut des fleurs, que tout soit bien taillé avec style (gazon, haies etc). J’ai mêmes vue un groupe de 3 maisons où c’était la surenchère en buisson taillés en spirale etc. Ils s’éclatent dans l’apparence des maisons là bas (admirez la finition).
Une autre, tout à fait normale pour cette région, si si! (cliquer pour voir en grand)
Bon j’ai encore loupé le panneau d’entrée dans le pays (s’il y en avait un). Mais j’ai trouvé ça, je n’ai pas compris. On voit la route surchargée avec les  voitures à 100km/h, au bout d’une heure tout proche, ça saoule.
Installation au camping d’Aachen, très bien!
L’ancien hôtel de ville, quel cachet (à part la crasse…).
Une place.
Devant la bibliothèque et un autre bâtiment non identifié. De plus le centre ville est piéton et les vélos n’ont pas le droit de rouler et … c’est respecté, Allemagne oblige.
Ils ont installé un immense bac à sable sur une place, sympa.

En repartant je vois régulièrement des sdf seuls, d’environ 30 ans, qui ont l’air mal, c’est dur.

Nancy-Amsterdam j5: Belgique / Sankt Vith

Je suis arrivé au camping où je voulais aller. Mais 60 km (et plus d’un kilomètre de dénivelé) de montées et descentes c’était très éprouvant physiquement surtout avec cette chaleur. Mais je suis content d’avoir réussi et de me sentir en forme à l’arrivée. Je dois optimiser tous les paramètres du voyage, et c’est un jeu d’équilibre subtil qui me plaît.

Par contre entre la longue route, l’organisation et les longues discutions intéressantes avec mes voisins cyclotouristes, je n’ai pas eu de temps pour réfléchir à mon projet Lazi, et ça me manque.

Après la grosse première montée, le nord du Luxembourg.

Oh chic, je peux encore monter, j’y vais (belvédère) .

Vue du belvédère. Le lac est une batterie à eau, il y a un réservoir en bas, on fait monter l’eau quand on a trop d’énergie électrique et on fait descendre l’eau quand on veut récupérer de l’énergie électrique.

Je ne suis pas sujet au vertige, mais là quand même c’est flippant. D’autant plus que l’escalier oscille quand on monte un peu fort.

Parfois des pentes de très raide.

Bizarre, j’hésite entre la méthanisation, des radars ou un système de communication.

J’ai un peu le mal du pays, quand je vois un panneau orange et bleu je pense à mon département.

Un magasin qui ne vend que des boissons.

Grosse pause à midi avec un repas parfait. Mais ça c’est payé par quelques côtes supplémentaires à gravir.

Il y a très peu de fleurs dans la végétation du Nord. Ils les ont tout rassemblées ici ou quoi ?

Il y a des clichés qui vont avoir la frite pendant encore longtemps.

Je n’ai encore pas vu de panneau à la frontière, c’est en voyant une friterie que j’ai compris que j’étais arrivé en Belgique.

En Belgique, un paysage d’exploitation intensive de vaches et de bois de sapins. Les enfants du fermier joue sur le sol entièrement bétonné de la ferme géante.

Nancy-Amsterdam j4: Luxembourg / Diekirch

Je met les photos (j’utilise le wifi McDo) et je compléterai après. Je galère à trouver un endroit avec camping ET magasin pour demain car je serai dans une zone à fort dénivelé, manger ou avoir une douche, telle est la question 🙂 On est dimanche (d’où le McDo :/) et je ne peux pas faire les courses pour demain.

Environ 80km de parcouru aujourd’hui, et ce n’est pas le plat pays le Luxembourg.

Vent de face. La force du vent fait que cette descente est exactement comme du plat, je n’accélère pas du tout. Donc quand je fait du plat c’est comme si je montais ça. Mais ça va, je suis en forme.
C’est fini, je ne suis plus le cours d’eau. La campagne, c’est chouette, j’aime bien.
J’ai passé la frontière avec le Luxembourg sans le savoir, mais bon, j’ai dû louper le panneau. Pas mal de beaux paysages, de belles forêts du nord, à l’humidité et fraîcheur généreuse.
La ville de Luxembourg, elle n’est pas très grosse. Des belles pistes partout. Comment voyager à vélo dans le sud après ça ?
Je cherche à manger (et de l’eau!) pour ne pas manger que McDo ce soir. Mais je suis dans une espèce d’équivalent Lidl mais en version extra-terrestre: un amour immodéré des tomates (la photo), aucun sandwich, salade préparée ou même conserve de salade genre riz/thon. Plein de produits de basse qualité à bas prix et un service traiteur très cher. Je suis où là ? Comment ça les étrangers ne font pas comme les français ? Le luxembourgeois est la langue parlée, le français est appris à l’école plus ou moins bien.

Petit cours sur le Luxembourg par une personne parlant français dans le parc où je mange. Drôle de pays cosmopolite et bizarre, pourquoi il y a tant de portugais ici (j’ai même vu des revues en portugais dans le magasin) ? Il faudra que je regarde l’histoire de ce pays.

Je suis dérouté par les différences de signalisations routières. À un croisement il y avait pour ma voie: deux feux, deux traits de stop sur la route plus un signal STOP. Et les mecs je fais quoi moi ? Ici un chemin pour les cyclistes, oui, c’est sympa, mais qui coupe en travers un énorme boulevard et sans signalisation pour savoir quand passer. Heureusement on est dimanche matin en août et la ville dort.
En France ce panneau signifie « interdiction  à quiconque de circuler » mais ici plutôt que de dire « piste cyclable » on dit « passez pas » avec souvent « sauf cyclistes » mais des fois pas. J’en suis sûr car un peu avant il y avait une indication pour passer par là pour les cyclistes.

Les trois photos ci-dessus sont des pistes cyclables. Au Luxembourg, c’est plus qu’un réel respect pour les cyclistes, c’est un véritable amour: les pistes sont xxl larges, en parfait état, pas d’accroc, parfait et il y en a en masse. Ah oui, j’ai vu quand même une fissure de 2 cm d’épaisseur dans la largeur de la piste … mais ils l’avaient bouchée.

Demain grosse journée avec 300m de dénivelé au départ. J’ai fait exprès d’avoir le plus dur au début, c’est bien mieux ainsi. Mais après ça des montés et descentes en continue, dans un coin assez sauvage (peu d’urbanisme et donc de magasins). J’ai des options, l’idéal serait que je puisse me taper 60km pour aller dans un endroit pratique, mais bon, mes genoux me causent grincheusemant. Les ligaments, c’est ce qui est de plus fragile. Putain de vent aussi.