How to route specific traffic through a VPN on Linux with nftables

Introduction

Here I explain a strong solution to route traffic to a VPN using the group of the processes. We discuss security at the end. After the configuration, if you want to run ktorrent using the VPN you just have to run sudo -g vpn_euro ktorrent. You will be able to use serveral VPN and no VPN the same time, per process.

Continue reading How to route specific traffic through a VPN on Linux with nftables

L’humanité n’est pas finie

Quand on s’informe plus avant sur l’état du monde (voir par exemple la passionnante série de conférences de scientifiques « Comprendre et Agir« ) on peut avoir l’impression que l’on est au bord du désastre car à partir d’environ +1,5° on peut déclencher un effet d’emballement par le dégel du permafrost et la libération de méthane, ou encore la transformation des forêts en émetteurs de carbone (Amazonie, Sibérie etc). D’autre part la réaction de la société humaine est ridiculement faible face au problème. Je prétend que l’humanité n’est pas finie et qu’il existe une solution pour démarrer une réaction à la mesure de l’enjeu. Mais pour comprendre en quoi la solution que je propose ici est efficace il nous faut d’abord prendre un peu de hauteur…

Continue reading L’humanité n’est pas finie

Petit exercice de démocratie : et si les états chutaient ?

De l’écroulement à la crise

Imaginons que pour une raison quelconque il n’y ait plus d’État. Cela peut sembler une hypothèse absurde mais on peut imaginer divers scénarios menant à cela comme :

Il n’y a alors plus de police ou d’armée et la distribution de nourriture est interrompue. Le risque de famine et simplement la faim engendre un grand stress dans la population, ajouté à l’absence de forces de l’ordre on peut vite tomber dans le pillage. Ce scénario est pessimiste si des secours sont attendus (d’un autre pays par exemple) car alors les personnes s’investissent dans cette solution, mais il ne l’est pas si l’espoir de retrouver la société d’avant est éteint. Continue reading Petit exercice de démocratie : et si les états chutaient ?

Montpellier -> Toulouse

Jour 1 : Montpellier -> Béziers, environ 100km

Je passe par la piste longeant la mer, c’est tellement agréable. J’ai un peu de vent de face mais il y a des nuages en début de journée. Je passe la nuit chez des amis, très chouette!

Cliquez sur les images pour agrandir.

Canal et étang, météo parfaite.

Au même endroit

Chemin près d’un canal, entre Agde et Béziers.

Jour 2 : Béziers -> Carcassonne, environ 80km.

La journée s’annonce chaude et je pars tard (9h). Je ne suis presque pas le chemin prévu pour les vélos car elle est trop cahoteuse. Il faut chaud et le soleil tape, mais j’ai un petit vent dans le dos bien aidant et je fais très attention à mon hydratation. Du coup je fais pas mal de départementales mais comme on est dimanche ça va. J’ai pris aussi beaucoup de petites routes désertes, parfois j’ai l’impression que l’humanité n’existe plus.

Des plantes grimpantes faisant des vagues sur tout un champs : elle recouvrent presque totalement les ronces.

La récompense de la montée. Je dirais que l’on devine les Pyrénées à l’horizon.

Autre point du vue du même somment.

Argens-Minervois

La circulation vers Carcassonne augmente, je finis par me trouver une petite départementale qui achève mes jambes mais m’éloigne des redoutables voitures.

Jour 3 : Carcassonne -> 25 km avant Toulouse

Je pensais faire 110km pour aller jusqu’à un camping près de Toulouse. Je me suis levé avant le soleil pour partir au levé du jour. Ma lampe frontale est super pratique d’ailleurs. Mais la fatigue de la veille n’était pas résorbée. De plus il y avait du vent de face vers 20km/h. J’ai des débuts de courbature, alors je m’arrête à mis trajet. De toute manière je pourrai arriver le matin à la bibliothèque de Toulouse puis aller au camping le soir, donc ça va bien comme ça. Je me traîne pour la fin du trajet, il faut dire que les véloroutes avec des cailloux, gravillons et racines bouffent de l’énergie sans pour autant avancer vite. Il ne fait pas trop chaud et il fait nuageux, ouf ça fait du bien.

J’ai prévu la suite : normalement après Toulouse je ne fais quasi que de la voie verte jusqu’à l’Espagne : Agen, sud du bassin d’Arcachon puis je longe la côte. Mais il faut encore étudier les campings sur le trajet. Ce n’est pas facile car il arrive souvent qu’ils cachent des tarifs spéciaux pour cyclistes (quand on arrive à trouver les tarifs!). Par exemple à Carcassonne j’ai payé moitié prix car j’ai demandé d’être proche d’une table et du coup elle m’a mis dans un espace spécial rando/vélo alors que j’avais déjà précisé que j’étais à vélo (et en plus j’avais la table, génial!).

Au petit matin, belle lumière, calme.

Près d’une écluse. Ça donne terriblement envie de voyager.

C’est beau.

Un chapelet d’écluses.

Castelnaudary

J’aime. Bel endroit où je passe quelques heures avant de rejoindre le camping.

J’ai enfin trouvé une carte des véloroutes et voies vertes, et c’est openstreetmap qui la fournie. Les organismes financés par l’état produisent plus des dépliants touristiques que des informations pratiques (c’est pourtant un des rôles de l’État).

Le camping où je souhaitais dormir, malgré que le site web indiquait qu’il était ouvert, était fermé! Déception à l’arrivée. J’envisage de squatter quand même le camping mais il y a des employés. Je trouve un autre camping à 23km fermé mais qui veut bien quand même de moi. Je fonce pour ne pas arriver trop tard, le grand repos de l’après midi m’a un peu remis. Du coup j’aurai peu à faire demain pour Toulouse.

Toulouse et fin

Au matin il y a une rosée équivalente à une pluie. Le linge que j’avais mis à sécher est plus mouillé qu’au départ. Dans la soirée, au vue de la météo j’avais réservé et payé un airbnb. Puis au matin il a cherché à se désister en demandant que ce soit moi qui annule (donc je n’aurais pas été remboursé et il aurait été probablement payé!). Bonne petite embrouille qui reste polie mais prise de tête. Après m’avoir affirmé qu’il n’arrive pas à annuler, je fini par lui dire que je vais ouvrir bientôt un contentieux et oh miracle il arrive soudain à annuler. Ouf problème réglé.

La météo prévoit de la pluie et pour ne pas remballer sous la pluie je devrais rester deux nuits. Énormément de camping ferme fin septembre, et la météo vers l’atlantique n’est pas géniale. Entre les deux plus une fatigue non résorbée j’abandonne, cette expédition est trop tardive. Retour en TER à Montpellier.

Un max de rosée…

Depuis la Haute-Garonne la piste est de bonne qualité, rien à voir avec l’Aude. Ici en ville, elle sert aussi de promenade piéton, très agréable.