La magie de l’existence

La magie blanche

Quand ressent-on un sentiment de magie ? Je pense que c’est un mélange d’émerveillement devant quelque chose que l’on n’a pas complètement compris. Et je pense que l’émerveillement est un plaisir qui irradie dans notre esprit, c’est à dire qu’en même temps que d’être agréable il se crée des connections/micros-compréhensions qui font que ce bonheur se répand dans notre esprit.

Mais alors si le sentiment de magie existe ? pourquoi dit-on que la magie n’existe pas ? On représente la magie avec une baguette et des phrases à formuler pour exécuter ses souhaits. Mais alors pourquoi les télécommandes ne permettent pas de faire de la magie car ce sont des baguettes avec des codes à taper pour faire exécuter ses souhaits ? Et commander une pizza par internet, pourquoi ce n’est pas de la magie ? Et les personnes qui créent, juste en écrivant des formules sur du papier, des nouveaux objets que l’on pensait impossibles pourquoi les appelle-t-on scientifiques et non pas magiciens ?

Parce que le sentiment de magie que l’on éprouve disparaît au fur et à mesure que l’on assimile le phénomène, quand il n’y a presque plus de connections qui se mettent en place on ne ressent plus la magie. Ce n’est pas triste du tout car il y a toujours de nouvelles sources de magie pour peu que l’on continue d’explorer notre univers.

Mais il existe des phénomènes merveilleux que l’on n’arrive pas à assimiler facilement: la vie, l’existence, notre univers. Alors pourquoi ne dit-on pas que la magie existe puisque ces phénomènes existent ? Et pourquoi beaucoup de personnes (principalement adultes) n’éprouvent plus ce sentiment ? Je pense qu’il y a une raison d’anti-magie (de magie noire) à cela.

La magie noire

Si la magie est si forte, qu’est-ce qui peut l’éteindre ? Pourquoi le sentiment de magie peut disparaître alors que la magie existe encore ? Notre culture a une réponse à cela: le désenchantement (c.a.d. la magie noire) est encore plus fort. Ainsi on représente souvent un magicien qui passe du côté obscur comme devenant plus fort, ou encore on montre quelqu’un qui devient insensible/tricheur/menteur comme quelqu’un qui « réussit » (à quoi ?) dans la vie.

Mais c’est voir le désenchantement par le petit bout de la lorgnette.

Par exemple si on regarde comment fonctionne notre esprit lors d’une recherche, on voit que l’on explore différentes voies, on peut éprouver de la douleur, puis à un moment, après des péripéties, on trouve, et là les idées s’éclaircirent et la lumière jaillit. Ce phénomène est très générale: que ce soit l’évolution génétique avec la disparitions de certaines espèces, la recherche scientifique, la recherche d’une société vers une meilleure forme d’organisation.

En fait le désenchantement est ce que l’on éprouve quand on s’éloigne de la « bonne solution », alors on s’éloigne aussi de la magie. Par exemple si on se met à mentir alors on se coupe des autres, on prend beaucoup d’énergie à fabriquer des mensonges et on a beaucoup moins de ressources pour comprendre les beautés qui nous entourent et donc éprouver le sentiment de magie. Mais alors est-ce si simple ? Non car il n’est pas forcément facile de sentir ses émotions profondes, et aussi parce que nous n’avons pas forcément les idées claires, même en profondeur.

Mais je suis sûr d’une chose: l’existence est bien faite et si le désenchantement touche des parties de notre esprit ou de notre société ce ne sont que des parties, globalement la magie blanche est bien là et ça a toujours été elle qui mène la danse. On pourrait penser que cette idée est sinistre car quand on se sent désenchanté c’est très très dur. Mais ce qui est vraiment dur, c’est surtout de penser que nous ne sommes pas relier les uns aux autres, que notre partie commune est faible et que nos problèmes sont personnels, parce que c’est faux.

Dire que la magie blanche mène la danse, c’est bien beau mais pourquoi ? et surtout comment le ressentir intimement ? Voilà une grande question comme j’aime mais là je crois que la réponse est portée par quelques milliards de vies :-). Néanmoins j’essayerai d’apporter ma contribution à cette réponse mais ça sera dans un autre texte…